Catégories
La playlist

LA PLAYLIST QUI DIT MERCI ❤

Eric

Wake up – Arcade Fire

Rien ne nous réchauffe plus le cœur que ces marques de soutien dont vous avez fait preuve, dans une période ou la déception de ne pas pouvoir proposer ces rassemblements humains et tactiles autour de performances live nous a beaucoup attristé.

L’heure du réveil a enfin sonné !

A très très vite ensemble

Fabrice

I wish I could see you soon – Herman Dune

Pour vous dire comme nous avons envie de tous vous retrouver, pour fêter la musique live et la chaleur humaine je vais emprunter les paroles d’Herman Dune dans « I wish I could see you soon »


« I had to leave you and go away
But I think about you everyday
And in the morning and the afternoon
I wish that I could see you soon
[…]

And if you wait a little my pretty friend
Until I come back to hold your hand
We’ll be like bugs when they break through a cocoon
You know, I wish that I could see you soon
[…]
Under the sun, under the moon
I wish that I could see you soon
Angels « how long ’til you can see [us]? »
And I’m like « the sooner the better »
[…]

Merci à tous et à bientôt !

Popol

No mercy in this land – Ben Harper & Charlie Musselwhite

Heureusement que dans ce monde fou, il y a des gens comme vous 🙂

No mercy in this land, vous faites partie des exceptions qui confirment cette phrase.

Longue vie à la musique ( en live ! ) , qui réunit et fait danser et vibrer la terre entière, d’un bout du globe a l’autre !

Dom

The show must go on – Queen

Show must go on, parce que finalement c’est ça que vous rendez possible en nous soutenant alors UN GRAND MERCI et on espère vous retrouver le plus vite possible ! Bisous

Dadou

Change the world – Eric Clapton

Profitons de cette parenthèse pour repenser notre manière d’être, pour changer le monde. Merci les fils.

Marie

Gratitude – Beastie Boys

La gratitude est un peu solennelle mais lorsque c’est les Beasty Boys qui l’expriment c’est tout de suite bien plus cool.
Alors merci beaucoup. Car votre soutien, en plus de nous aider financièrement, nous a aussi porté et encouragé dans cette période compliquée.
J’espère vous voir vite devant une scène pour à nouveau partager des moments de frissons musicaux.

Meumeu

Everlong – Foo Fighters

Je dirai merci avec cette vidéo d’un de mes morceaux préférés des Foo Fighters : Everlong, en live au Wembley Stadium, avec un public tellement à fond qu’on s’y croirait !
Parce que moi ce qui me manque le plus ces derniers temps, ce qui me fait le plus frissonner dans un concert, c’est la chaleur et la présence du public partageant un intense moment de communion. 
Une volée d’applaudissements et j’ai la chair de poule, un public qui chante à l’unisson et j’ai la larme à l’œil. C’est cette communion que nous allons retrouver quand nous pourrons enfin reprendre les concerts, et ce sera en partie grâce à vous. Pas seulement pour le coup de pouce financier que vous nous apportez, mais aussi et surtout pour votre soutien ! Un soutien qui n’a pas de prix et qui nous va droit au cœur, parce que c’est ça qui renforce plus que jamais notre volonté de réunir le gens. Alors MERCI A VOUS !

Laura

Heat Wave – Watcha Clan

En attendant de retrouver la chaleur humaine des salles de concert on vous dit un grand Merci pour votre soutien, sans vous rien ne serait possible !

Quentin

Love is the message – MFSB

Je ne peux imaginer la vie sans musique, de même qu’un concert sans public.

Merci pour votre soutien et à très vite pour revivre le bonheur de la musique live !

Ludo

Salut c’est cool – Merci Nature

Ce printemps aura été particulièrement fade, mais tous vos messages et vos soutiens nous ont réchauffé le coeur pour vous proposer le plus bel automne possible !

Prenez soin de vous, profitez de l’été et on se retrouve à la rentrée pour ne plus jamais se quitter (on espère en tout cas !)
Bref, merci à vous tous d’être là, suuuper symmpaaaaaaaa !

Jérôme

Show must go on – Queen (aussi)

Évidement show must go on, grâce à tout le monde on va y arriver !

Catégories
La playlist

Février 2020 [Mediateam playlist]

Ce mois ci, on a choisi des featuring qui nous plaisent ! Comme d’hab, les styles sont variés 😉 Bonne écoute !
Catégories
La playlist

Décembre 2019 [Mediateam playlist]

La playlist du mois décembre est placée sous le signe des onomatopées … avec un thème choisit par Dadou. On y retrouve du garage punk lyonnais, du rock, du reggae, de la chanson vintage et des musiques de films… à vos oreilles !
Catégories
La playlist

Novembre 2019 [Mediateam playlist]

Quand Ludo prends les manettes de la playlist de novembre … « L’OL retrouve enfin la victoire ! Pour fêter ça, le thème du mois de Novembre est donc victoire/ vainqueur/ gagnant et tout ce qui s’en suit ! »
Catégories
La playlist

Rentrée 2019 [Mediateam playlist]

Notre rentrée s’est faite au compte goutte, en décalé pour tous ! Allez hop, debout ! (quoi c’est pas un thème ?!)

Catégories
L’œil des bénévoles

CB#8, l’histoire d’une collab

20 réunions

12 volontaires

3 groupes locaux

3 mois de préparation

2 tournages

2 passages en radio

Le 19 octobre 2018, première rencontre pour la carte blanche n°8 des bénévoles de Mediatone et première bière d’une longue série.

A partir de ce jour-là, les bises faites, les bases posées, nous avons mis au point des rendez-vous réguliers pour construire la suite des événements.

Durant 3 mois, une à deux fois par semaine, nous nous retrouvions pour discuter budget, communication, administratif, logistique dans les bureaux de Mediatone ou autour d’une mousse.

Très vite, nous nous sommes mis d’accord sur l’esprit de la programmation : elle sera plutôt rock. Ça tombait bien parce que Meumeu, la responsable des bénévoles, venait de rencontrer les gérants du Rock’n Eat, une salle qui met en avant les groupes locaux et les riffs endiablés.

Première bonne rencontre.

En parallèle, nous avions tous proposé des groupes locaux qui rentraient dans les « critères CB », à savoir : des groupes émergents et locaux. Après le vote de l’ensemble des bénévoles de Mediatone, nous nous sommes mis d’accord sur trois groupes : Praÿ, Sugar Wizard et Avions, des groupes plutôt différents, mais justement plutôt complémentaires.

Par ailleurs, les responsables de Zyva, un mag musical lyonnais, étaient à la recherche d’une soirée pour lancer leur premier numéro de 2019. Nous nous sommes donc associés à 4 étudiantes en com en projet tuteuré dans le magazine.

Deuxième bonne rencontre.

À partir de ce moment-là, nous avions une équipe, un lieu et les groupes.

Maintenant, place à l’orga !

Des idées arrivent de partout.

Un concert, c’est bien, mais avec des petits bonus, c’est mieux !

Pour l’affiche et les flyers, une des bénévoles a réalisé un superbe visuel avec un manche de guitare sur fond de tie and dye.

Pour la com, on a fait appel à Ciel Arko, une asso d’audiovisuel pour nous réaliser un petit micro trottoir. Sur une après-midi, on a interrogé des étudiants à la sortie des partiels en leur faisant écouter les artistes programmés pour la CB#8.

cb8article3

L’équipe de Zyva s’est aussi proposée pour réaliser des interviews des groupes. Dans un style assez court et rythmé, on a essayé de connaître un peu mieux leur univers.

On a aussi l’occasion de passer auprès de Praÿ, dans l’émission « Buzzique »  sur les ondes des Enfants du Rhône et aussi dans l’agenda musical de Radio Canut.

Et enfin pour le jour J, on voulait quelques animations pour agiter cette soirée ! On a appelé Kevan, qui nous a maquillé avec une panoplie de paillettes biodégradables (Paillettes & Co). On a également appelé Gaël Tournier qui proposait de tatouer pendant toute la soirée.

Même si on a eu quelques frayeurs, notamment au niveau de la billetterie, le bilan de cette soirée a été hyper positif pour tous les volontaires qui ont participé à l’organisation, pour les artistes et on espère aussi pour le public !

L’équipe s’est serré les coudes tout au long de l’organisation et a vraiment créé une bonne dynamique.

C’est une sacré aventure à vivre au moins une fois !

Chloé

Catégories
L’œil des bénévoles

Je voudrais vous parler de Catherine …

Je voudrais vous parler de Catherine que je connais depuis maintenant quelques années.
Un ami (Abdel) pour ne pas le citer, m’a dit un jour “viens avec moi ce soir, je vais à un concert je te présenterais Catherine tu vas voir, elle est super sympa !”
Ma mémoire n’étant pas d’une qualité optimale (ce doit être la première fois que
j’emploie ce mot) je ne me souviens plus du groupe qui passait ce soir là mais je me rappelle bien par contre de Catherine…

La cinquantaine, 1m70, les cheveux gris, par coquetterie je ne dirai pas son poids qui à
mon avis ne dépasse pas les 65 mais bon,on s’en fout…

Bref, en fait, Catherine elle s’appelait Guy !!! Il était là, au milieu de plein de caisses, de sacs, de glacières, et ça, dans une dans une cuisine ! Mais où suis-je ? Après les présentations, Guy m’explique sa fonction dans le déroulement du concert et m’invite à l’aider dans la réalisation de sa tâche. En fait, le “catering” parce-que voilà le nom de ce service, s’appelle comme ça.

Dans le domaine du spectacle, notamment sur un tournage de film ou d’émission de télévision, une tournée, un concert, un événement ou un festival, il s’agit de la cantine, des repas servis au personnel (artistes et techniciens), parfois sous une grande tente installée pour l’occasion. (WIKIPEDIA)
Voila, tout est dit…

47575592_2061252917264581_8097792113665638400_n
Popol à gauche et JF au centre, une brioche à la praline et quelques huîtres en premier plan.

 

Catherine a par la suite changé de prénom, Laura, Sandra, Pat et maintenant Popol. Les prénoms changent mais à part quelques différences dues à l’organisation et à la manière de présenter, le job reste le même.

Début du marathon, l’heure d’arrivée sur le site varie d’un concert à l’autre, 9h00 pour le plus tôt et 14/15h au plus tard. La journée commence par le déchargement du matériel et de la nourriture, qui, suivant la salle, peut te défoncer les jambes de bon matin (les escaliers du Kao notamment).

Une fois tout rangé, un petit café en écoutant la douce voix du chef nous indiquer les menus du jour et les différentes préparations pour réaliser ceux-ci. Épluchage, coupage, râpage, oignons, carottes, patates, courgettes tout ce qui se consomme passe entre nos mains pour finir en entrées diverses et variées ou dans une gamelle pour la préparation du plat chaud. Arrive l’heure du repas, mise en place du buffet, de la boisson, découpe du pain etc… Et, c’est le feu, techniciens, bénévoles et bien sûr ARTISTES tout le monde a faim, mais tout se passe bien.

Les premiers arrivent pour le plat chaud et ce moment qui pourrait paraître à première vue sans grand intérêt est pour moi le meilleur de la journée (sans tomber dans l’extase non plus faut pas délirer) c’est un instant plus ou moins court (y don’t speake anglais, ça limite surtout avec les je ne parle pas french) donc c’est un instant, je disais plus haut, qui permet un contact presque intime avec les gens, découvrir des plats, retrouver des saveurs de l’enfance, amène parfois à des confidences et des anecdotes des fois nostalgiques et d’autres remplies de fous rires et de délires.

Bref, une fois remis de nos émotions (mouchoirs rentrés et vessies vidées, à cause des fous rires, putain, suivez quoi) il faut commencer le débarrassage, rangeage, nettoyage sans oublier la vaisselles qui reste le fil rouge de la journée, merci d’ailleurs à toutes les madames et monsieurs propres qui viennent plonger leur mains douces dans des bac plus ou moins pratiques et même parfois éloignés de la cuisine (non j’ai pas parlé du Marché Gare, c’est pas vrai).

Une fois tout ça fini reste le re-chargement du matos et une bonne journée se termine…

Ah oui, il faut savoir que le bénévolat avec Catherine permet des moments privilégiés, la rencontre avec les artistes quand ils n’ont pas leur habit de lumière, bon il y en a qui se la pètent mais il sont rares et puis on a aussi le temps de voir les concert, en salle ou en bord de scène ce qui est sympa surtout quand c’est blindé de métalleux qui pogotent…

Bon ben voilà, voilà la vie avec Catherine si ça vous dit de partager un moment de sa vie, bienvenue.

Remerciements,
Dead, Jérôme sans qui rien n’existerait (je parle de Mediatone bien sûr…)
Meumeu, toutes les Marie, Johan, Lydie la reine des loges, David, Fanch, Nath, Salomé, Laura, Sandra, Mumu et tous les autres…

JF

Catégories
L’œil des bénévoles

L’œil de Martin

Un an déjà !

bon, je ne sais plus depuis combien de temps j’ai découvert cette association, mais ça me semblait pas mal de débuter mon petit texte comme ça …

Un an de concerts, de bonne ambiance, de cuisine, d’apprentissages, de soirées, de communication, de festivals, de bonne humeur, de copains et d’attente …

J’ai fait un semblant de plan avec les mots utilisés ci-dessus ; j’espère que ça sera lisible.

Pourquoi Concerts ? Car ça doit être noté dans les statuts de l’association : « organiser de supers concerts sur Lyon et ses environs » , voire un peu plus loin : il y a eu un délire à Vaison-la-Romaine, je n’avais pas trop compris pourquoi 😀. C’est aussi ça Médiatone, des surprises !

Pourquoi d’attente ? car lorsque l’on voit les dates, aussi variées que régulières, on ne peut qu’attendre avec impatience.  Quels groupes au Réperku ou au Plane’R Fest ? Quel sera le prochain concert au CCO ? Le prochain concert métal ? La prochaine Carte Blanche ? Il y a des groupes que j’attends comme on pourrait attendre Noël : j’attends aussi le Plane’R Fest ! Qu’est-ce que le Plane’R Fest ? c’est le festival de Monctul … car Médiatone fait aussi des festivals. J’en parle dans le paragraphe juste après !

Donc Festivals ? Et oui, Médiatone, ce n’est pas que des concerts d’un jour ; c’est aussi des Festivals.

Je peux dire que j’ai vraiment « commencé » à bénévoler en tant que runner pour le Reperkusound 2018. Quel plaisir de conduire les artistes ! Etre le bénévole de l’ombre (pas d’apéro pendant le service, entrée par des portes dérobées) est un peu compliqué, mais la reconnaissance des artistes, des autres bénévoles et des permanents est sans limite !

Le Reperku c’est un festival de musique de jeunes*, avec des grosses basses, des lights qui bougent dans tous les sens et des groupes connus ou inconnus, mais super sympas ! L’avantage, c’est qu’il n’y a pas de gros Tourbus et des Trailers à (dé)charger en interplateaux.
*vous l’aurez compris, je suis plutôt du genre métal !

Il y a le festival Plane’R Fest, que j’ai découvert l’année dernière, en tant que festivalier, car je ne savais pas que Mediatone s’occupait d’une partie de ce super évènement ! C’est un festival Punk//Métal à deux pas de l’aéroport de St Ex. Nous avons été gâtés l’année dernière et comme on m’a fait l’honneur de me demander mon avis sur des groupes, je vous promets que la prog 2019 devrait être mémorable !  => see you in the pit !

Il y a pas mal d’autres festivals ; fouillez le site Médiatone, il y a plein de (très bonnes) surprises !

En ce qui concerne la bonne ambiance, les copains et la bonne humeur, pour avoir bénévolé dans d’autres associations de concerts et festivals, Mediatone les dépasse de loin ! Un véritable suivi des bénévoles, une reconnaissance conséquente, des échanges, des bons moments.

Superbe transition vers les apprentissages. Vous désirez découvrir les arcanes du spectacle ? Les techniciens et les autres bénévoles sauront vous communiquer leur passion ! Un big up à Tom, qui se reconnaîtra. C’est à la fois un chef-runner hors pair (team flash !!!) et un super prof sur la régie (#transbo).

Revenons à la connaissance des salles : découvrir l’envers du décor, le montage des scènes, les balances, la préparation des repas pour les artistes et les bénévoles, les antichambres des lieux de concert permet d’entrevoir la complexité de réalisation d’un concert et de beaucoup plus savourer ces événements !

Finissons en parlant de la communication ! Pour faire connaitre ses concerts, l’association imprime flyers et affiches. Si le flyage n’est pas mon action de com préférée, coller des affiches me rappelle mes années étudiantes ! Colle, affiches, vélo et me voila parti pour recouvrir les panneaux d’affichages libres de Villeurbanne !
Anecdote amusante : un groupe de jeunes me voyant coller m’a interpellé en m’interrogeant sur le pourquoi du comment de mon acte. J’ai laissé des flyers avec la programmation et je les ai ensuite croisés au concert !

Enfin, pour « conclure », un grand merci à Mediatone pour la confiance que vous accordez, les opportunités que vous offrez et les supers concerts que vous organisez ! Bref, merci pour tout ce (je pourrai écrire ceux …) que vous faites vivre !!!

le bisou !

Martin

Catégories
L’œil des bénévoles

nos REPERKUSOUND#13 – 2018

354323_685_960

Vous l’attendiez, la chronique REPERKU est arrivée !

Ce mois d’avril est passé à une vitesse folle, et qui dit avril dit Reperkusound #13 !

Qui était présent ? Comment c’était ? Les bénévoles étaient déchainés ? Être bénévole pendant le festival, en fait, qu’est-ce que c’est ? La scénographie était cool ?

 

Vous vous posez toutes ces questions et plus ? ça tombe bien, on est là pour ça !

 

Pour les jeunes padawans qui nous rejoignent en cours de chemin, le festival REPERKUSOUND c’est trois nuits de festivités, trois nuits de concerts à la programmation électro dub, trance, hardcore et techno, bref trois nuits de folie ! Et tout ça, déployé sur trois scènes : la Main Stage, la Moon et la Solar Stage.

Aller au festival c’est faire une sieste à 15h pour être devant une des trois scènes du double Mixte à 21h pétantes et faire profiter tes oreilles (peut-être moins tes pieds ?) jusqu’à 5h du matin. Attention, sieste n°2 et n°3 fortement conseillées les samedi et dimanche matin.

Le festival a accueilli, encore une fois cette année, une programmation débordante mélangeant artistes émergents et têtes d’affiche internationales.

A5-RPK13-recto-ok-1

Si tu veux avoir plus d’informations et découvrir de jeunes artistes émergents, tu peux aller découvrir les interviews réalisées pendant le festival en cliquant sur le nom de l’artiste qui te plaît en dessous !

cache_2468315146

 

Angel Karel : Dj, membre du collectif The Future is Female elle nous explique les valeurs qu’elle défend et la musique qu’elle propose.

 

 

profilfbTracy de Sa : ouverture de la Nuit 2 sur la Live Stage. Elle a apporté l’ambiance hip hop au festival. Elle nous entraine dans son flow et nous fait même chanter avec elle sur ses paroles.

 

 

 

trinix_800x600Trinix : Duo DJ : on les re-interview deux ans après leur premier passage au Reperku. Toujours sûrs d’eux, aux multiples projets et plein d’ambitions, il vaut mieux regarder de prêt leur évolution.

 

Et les bénévoles ! On en parle ?

Plus de 250 bénévoles étaient présents pendant les trois soirs. Peut-être y étiez vous aussi ? On les a vu danser, on les a vu se déguiser (et oui le thème c’était tous en collant et slip par-dessus…heu non, super héros !)

Mais on les a surtout vu s’amuser, rigoler, faire des rencontres, et…bien vous accueillir 😉

Quelques images pour vous montrer la bonne humeur partagée par tous :

Mais attend…être bénévole pendant le festival, en fait, tu te demandes ce que c’est ? 

Alors je t’explique comment ça s’est passé pour moi (parce que oui votre infiltré met aussi la main à la pâte) :

J’étais placée, cette année, au stand des tokens (#petitindicesurmonidentité mais n’abusons pas, je ne vous dirais pas lequel…). J’ai donc passé mes trois soirées, et même nuits (comme vous je l’espère) au festival.

Quand je suis arrivée pour prendre mon poste, on nous a tous réparti dans des Team, on a eu le temps de se présenter et c’était parti. J’ai donc rencontré des bénévoles qui tenaient très à cœur leurs missions, mais j’ai surtout rencontré beaucoup de femmes, d’hommes et même pikachu ! Avec entre 3000 et 5000 personnes par nuit, je n’ai jamais eu une vie sociale aussi épanouie !

Au moment de mes pauses j’ai pu aller voir les trois scènes (car oui, être bénévole c’est aider l’association mais c’est aussi pour profiter des artistes !). C’est à ce moment-là qu’on se rencontre que l’on a de la chance d’être ici : on est au cœur du festival, et si les artistes ont été présents c’est aussi un peu grâce aux bénévoles.

Alors n’hésitez pas à le devenir : vous travaillez raisonnablement, vous mangez bien, et à la fin vous vous retrouvez avec 250 nouveaux amis 😉

29872009_10156515293954617_3097316735737054025_o

 

La Scénographie, partie prenante des Reperku ! 

On avait connu le festival en mode Star Wars, en mode futuriste et, cette année encore,  on retrouve un décor juste à tomber à la renverse :

29664859_10156205896954557_3543940213632411496_o

Sur la Solar stage c’est The Hybrid Project qui prend la main en mélangeant réalité virtuelle et vidéo-mapping. Et oui, même hologrammes ( et de 9 mètres sur 5 précisons le) étaient au rendez vous !

 

 

29871686_1619408294773774_6829157138903644206_o

 

Petite photo normale d’une scène normale ou des personnes normales viendront se produire… blague ! Vibes – Exoria a enflammé la scène comme jamais !

 

 

Encore quelques souvenirs de ces nuits inoubliables ?

En attendant l’after movie officiel du festival, qui ne tardera pas!, on dit merci à Comah qui partage celui de sa prestation. Vous pouvez vous rendre sur ce lien pour la voir.

Sinon, on a aussi de très belles photos hehe :

Et des photos des festivaliers les mieux habillés (j’ai pas menti quand j’ai dit que j’avais vu pikachu…) :

 

 

Allez on se retrouve en mai pour de nouvelles aventures ! En attendant, on espère vous croiser le 28 avril, soit lors de Abstraction #5 au Transbordeur ou PLK au Kao, deux propositions le même soir, vous n’avez plus aucune excuses…et pour les plus motivés…on vous voit aux deux 🙂

L’infiltré 🙂

Catégories
L’œil des bénévoles

Maxime, bénévole pour la Carte Blanche #6

DSC_0325

Moi, bénévole pour la Carte Blanche #6

 

C’est mon second article pour l’asso, et j’ai hâte.

Déjà parce que je me rends compte que j’aime bien écrire, et ensuite parce que je suis, nous sommes, super fier du travail accompli par notre team de bénévoles.

 

Pour ceux qui se demandent ce qu’ils sont en train de lire : cet article va faire office de bilan pour la 6ème édition de la Carte Blanche aux Bénévoles (CB), intitulée : « Au Nom du Mic’ ».

Le concept de la CB vient d’une idée de Meumeu si j’ai bien compris : il s’agit de laisser, aux bénévoles qui le veulent, l’occasion d’organiser leur propre événement, avec le soutient financier et logistique de Médiatone.

L’événement tombe 2 fois par an, généralement pendant les mois de janvier, et de juin.

Personnellement, ca fait trois fois que je participe à l’expérience, et j’aimerai bien en faire une quatrième, bien qu’il faille laisser la place aux jeunes…

On verra.

 

Tout a commencé lors d’une réunion au Bomp !, fin octobre 2017, pour un event qui aurait donc lieu fin janvier.

Et c’est là que vous vous dite : « Wah, 3 mois pour organiser un événement, c’est super large ! ».

Oui, mais voilà : avant de pouvoir s’y mettre, il faut une équipe fixe, une programmation, et une salle.

Or pendant les premières réunions : ca vient, ca pars, ca repasse pour être sur, mais surtout ca ne sait pas si ca aura le temps de s’impliquer.

Bref, ca hésite, et on ne sait jamais si la prochaine réunion se déroulera avec quelqu’un qui sait de quoi on parle ou avec quelqu’un qu’on ne connaît même pas.

 

Passé quelques semaines, on en vient finalement à la sélection de la progra : un moment des plus importants puisqu’il définira le style de la soirée. De là découlent le choix de la salle, le budget, le fil rouge de la communication, les partenaires, les happenings éventuels… toute une pile de détails qui sont très différents selon qu’on programme de la trance ou un concert de banjo unplugged.

Et prendre ce genre de décision demande du temps, surtout dans un groupe de 10 personnes toutes issues d’horizons différents.

 

De réunion en réunion, nous avons décidé finalement assez vite que nous partirions sur une soirée Rap, ce que j’espérais secrètement parce que j’aime bien les défis et que je déteste le rap.

Deux semaines plus tard, on s’orientait lentement vers une programmation plus électronique, parce que « tout le monde en écoute » et que ca aurait forcément été plus facile à organiser.

Fort heureusement, on a redressé le cap assez vite grâce à Manouch, la street-rouquine qui nous a dégotté une flopée de jeunes rappeurs plus que prometteurs.

Clairement, c’est sa sélection qui nous a remis sur le droit chemin du Hip Hop.

 

Ainsi, nous étions lancés : Manouch, Mathilde, Pauline, Emma, Chloé, Arthur et moi, prêts à en découdre avec ces MCs que nous découvrions pour la plupart, et ce dans le temps imparti avant notre date.

27368810_10159837619680363_2954296096009137577_o

Je crois que ce qui nous a le plus surpris, c’est la fluidité avec laquelle le concert s’est mis en place à partir de là. Je me souviens d’une discussion avec Arthur à ce sujet, aucun de nous n’ayant le sentiment d’être noyé sous le boulot, tout en constatant que plus la date approchait, plus on était prêts.

Comme quoi, une équipe soudée et qui sait se répartir les tâches, ca change la vie.

Big Up à nous donc.

 

A force, on avait trouvé notre rythme : la réunion-bière au 405 le mercredi, et le point chez Médiatone le vendredi, sous l’œil averti de Meumeu, ou de Marie quand elle était malade, de Jojo quand on était perdus sur l’aspect technique, ou de Jay quand il avait le temps.

 

Arrivés en Janvier, on était confiants. La comm fonctionnait plutôt bien, la programmation était calée, outre des petits aménagements de dernière minute, et le Toï-Toï nous attendait de pied ferme. A ce stade, notre plus grand sujet d’inquiétude tenait dans la confection et la gestion d’un catering pour 60 personnes…

Pourquoi 60 personnes ?

On avait un crew de 15 danseurs qui ouvraient la soirée, un premier groupe qui comptait 5 personnes, un second composé d’une autre quinzaine de MCs, 2 scratcheurs avec 5 danseurs aussi, une dizaine de bénévoles (dont nous), 1 graffeur, et que sais-je encore.

 

Mais on a géré, avec le soutient de Popol, l’un des responsable catering de Médiatone, qui nous a miraculeusement sorti 5kg d’un chili à tomber à la renverse, et grâce à Arthur, et à la cuisine de sa mère.

Mais je me perds en détails.

C’est compliqué de tout vous raconter sans être trop long et sans oublier les trucs importants, mais pour faire simple : on s’en est bien sortis. A la fois parce qu’on était ni trop, ni pas assez dans l’équipe, et parce que la team Médiatone a su anticiper les éventuels faux pas qu’on aurait pu faire.

On a eu des imprévus, évidemment, mais on a globalement eu de la chance.

Et les bons contacts.

 

Imagine-toi le matin d’un événement préparé depuis 2/3 mois, les mains dans une salade de pâtes végétarienne. Tout va bien, à un détail près : il pleut, et tu sais que si cette pluie continue, ton animation graff en extérieur tombe à l’eau.

Puis tu reçois un appel, pour apprendre que le responsable de cette animation ne pourra finalement pas être présent.

J’avoue qu’on a eu un petit moment de panique.

Et je pourrai développer, faire durer le suspens, vous dire que tout a failli tomber à l’eau, que la soirée était foutue !

Mais ce serait mentir.

En réalité : on a posté de grands appels à l’aide sur Facebook, puis Manouch a dégainé son téléphone, et nous a trouvé un autre graffeur dans la demi-heure.

Quand à la pluie : une bâche et un rouleau de cellophane, et c’était réglé.

Voilà, même pas mal.

 

Le temps d’aller acheter des bières « pour les artistes » avec une Manouch stressée du volant, et on est arrivés sur place pour tout mettre en place, en équipe.

Chacun à son poste avec ses responsabilités, je pense pouvoir dire qu’on a fait le taff, sans oublier de passer une bonne soirée.

 

L’article pourrait continuer pendant des pages, abordant chaque détail et le rôle de chacun. J’aimerai pouvoir faire ça, mais ce serait complètement indigeste.

Je vais donc m’arrêter là, en espérant avoir été suffisamment clair.

 

Pour conclure ce petit report, je dirai juste une grand merci à Médiatone, qui nous a donné cette opportunité de faire un événement comme on le sentait.

Merci au Toï-Toï aussi, forcément, pour son accueil.

Et merci aux artistes, d’avoir fait honneur à nos efforts en mettant le feu à la scène.

Je dirai enfin que la Carte Blanche, c’est un super projet qui mérite de vivre et de se développer pendant encore longtemps.

Donc à vous, chers lecteurs, je dirai ceci : tentez le coup. C’est une expérience humaine en or, et le meilleur moyen de chopper le virus de la vie associative.

DSC_0428

 

Un bénévole

 

PS : le rap, en fait, c’est trop cool. Il faut juste écouter les bons artistes.