Moi, bénévole chez Médiatone

23627156_10159491960535363_430993334_o
J’aime la musique.
Ca semble évident dit comme ca, mais j’aime vraiment la musique, et pourtant je n’ai jamais fait tellement plus de concerts que ça.
Puis je me suis installé à Lyon, et quelques années plus tard j’ai entendu parler de Médiatone.

Aujourd’hui, je fais plus d’une trentaine de concerts par ans, et ne suis pas prêt de m’en lasser.
Je ne sais même pas par où commencer :

Meumeu, la responsable des bénévoles, qui t’accueille comme si t’étais à la maison ?

Les catherings opulents où tu manges comme un roi ?

Les bénévoles, qui mettent sans arrêt la main à la patte pour cette asso qu’ils adorent ? ou les autres membres de l’asso, que tu dois apprendre à découvrir pour connaître le cœur de cette institution lyonnaise ?

On va commencer par le plus simple, le concret.
Médiatone a été fondée il y a 20 ans, mais en 99 dans les faits, par Jay et Dead, les deux papas bienveillants de l’asso. Elle tourne grâce à leurs efforts, et à ceux de leur équipe composée aujourd’hui de 12 personnes (dont on fera le tour une autre fois).
Tout ce petit monde organise aujourd’hui plus d’une cinquantaine de concerts par ans, pas moins de cinq festivals, parmi lesquels on compte les fameux REPERKUSOUND et la DANTESK, ainsi que le salon DISKOVER.
Là encore, on y reviendra.

Ce dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui, c’est des bénévoles, et de mon expérience en tant que tel. Je ne suis par nécessairement le mieux placé pour en parler, mais je tiens la plume et il faudra s’en contenter.
Premièrement : qu’est ce que ca veut dire d’être bénévole chez Médiatone ?
Si on veut rester concret : ca veut dire signer son adhésion au bureau, et recevoir toutes les semaines un mail de Meumeu.
Ce mail te propose deux choses en général :

 Aller flyer devant tel ou tel concert, pour profiter d’invitations au dit concert.
Autrement dit : un moyen sympa et peu contraignant d’aller voir toute sorte de scènes et de rendre service à l’asso, quand on en a l’envie ou le temps. 23627045_10159491960570363_912117476_o
 Donner un coup de main, bénévolement, au staff de l’asso le temps d’un concert.
Dans ce cas, on assiste à l’événement, et on s’engage à prendre en charge un poste (bar, cathering, entrées…) en fonction de nos envies, de leurs besoins, et dans la limite des places disponibles.

23602277_10159491960945363_1166522152_n
Personnellement, j’ai vite préféré aller donner un coup de main pour une raison simple : c’est l’occasion de rencontrer beaucoup de monde. Or pour moi, l’objectif était clair dès le départ : j’étais là pour apprendre et pour me faire connaître de ces gens qui vivent dans le monde du spectacle.
J’ai toujours vu les concerts comme une espèce de truc magique où tout est en place parce que….bah c’est comme ca. Je paye mon entrée, je viens, je profite, et je repars comme je suis venu, avec des étoiles dans les yeux pendant quelques jours.

Ca marche comme ca, et si tu veux des réponses à tes questions il faut aller en backstage :23633280_10159491960355363_1766841833_o

Cet endroit mystérieux où se croisent des génies absolus de la musique, de la mise en scène et de tous ces trucs obscurs qui font que tu passes une soirée de fou.
Or je voulais rencontrer ces gens, et faire en sorte qu’ils me connaissent.
J’ai donc fait ma première soirée Médiatone : un concert de rap organisé au CCO de Villeurbanne, où j’ai découvert, grâce à une certaine Jade qui connaissait bien l’asso, tout ce que « bénévole chez Médiatone » voulait dire.

23627068_10159491960490363_689798219_o
Ce soir là j’étais en poste au bar, et ai commencé par arriver (un peu) en retard.
Directement, et sans le savoir, j’ai rencontré certains des membres permanents du bureau qui m’ont tout de suite accueillis à bras ouverts.
Pas question d’ancienneté, de légitimité, ou d’autre chose : on était tous là pour bosser et passer une bonne soirée. Typiquement : la chef de bar était simplement celle qui avait le plus d’expérience dans ce domaine, et loin de donner des ordres, elle motivait son équipe en montrant l’exemple.
En tant que barman de métier, j’ai bien aimé ça.
Est arrivée ensuite la question du cathering : c’est quoi, c’est où, c’est comment ?

23659914_10159491960340363_1189403137_o
Pour citer Jade : le cathering c’est l’espace où tout le monde mange.
Grandes tables (ou grandes planches sur des tréteaux), nappes merdiques en papier, buffet froid à base de kilos de charcuterie, de fromage, de salades en tous genres… et plats chauds.
Ce soir là j’ai mangé un des meilleurs tajines de ma vie à côté de Jade et d’un groupe de techniciens absorbés par leur conversation, pendant que la tête d’affiche de la soirée attendait patiemment son tour pour aller se resservir. J’ai trouvé ça improbable, et génial.
La soirée a fini autour d’un énième verre de bière de festoch, dans une salle vidée de son public, avec ces gens que je côtoie maintenant depuis deux ans. Depuis, et grâce à eux, j’ai découvert le métal, redécouvert la chanson française et assisté à des concerts absolument mythiques où pouvaient figurer des inconnus aussi bien que des groupes parfois légendaires.
Et aujourd’hui, j’ai envie de continuer à assister la fine équipe de Médiatone, simplement parce que je les adore. Au-delà d’avoir effectivement appris énormément de choses à leur contact, j’ai surtout compris que le backstage n’a rien d’un endroit magique, et que les shows qui m’ont fait rêver, et ceux qui continuent à le faire, sont juste mis en place par des types normaux qui aiment ce qu’ils font, et qui le font bien.

Donc être bénévole chez Médiatone, pour moi, c’est ça :

Avoir l’occasion de rencontrer des passionnés qui te donneront l’envie de faire un bout de chemin avec eux.
Et plus si affinité…

 

Maxime.

 

 

 

 

Publicités